PARLIER ENVIRONNEMENT SAS aux rencontres de l’Aglia

 

26 ème rencontes de L’Aglia. Rocherfort-sur-mer.

 

 Champeau1 L., Viaud1 G. et Parlier² E. Les bénéfices écosystémiques apportés par la conchyliculture.Le cas du littoral picto-charentais.

 

AFFICHE COLLOQUE 2014bis_0

 

 

 

  1. Comité Régional de la conchyliculture. Z.A. Les Grossines 17032 MARENNES crcpc@crcpc.fr
  2. Parlier Environnement SAS. 1, rue Jean TORLAIS 17 000 LA ROCHELLE contact@parlier.eu

 

  

 

                Dans le cadre d’une réflexion globale sur le rôle et la place des cultures marines dans la gestion partagée et durable des zones littorales, les conchyliculteurs joue un rôle indéniable an permettant le bon fonctionnement écologique de certains écosystèmes. Alors que des débats ont lieu pour le partage des zones littorales : EMRs, cultures marines, PNMs … La profession a opéré une véritable révolution silencieuse en s’appropriant des pratiques et en développement son ergonomie de travail. Elle a également accru son niveau de connaissances en zootechnie mais également en gestion halieutique ou fonctionnel. Ainsi, des ancrages écologiques ont, ces dernières années, été substitués à des corps morts en béton pour limiter l’empreinte carbone de leurs pratiques et les émissions de GES.

 

Le rôle des conchyliculteurs a été reconnu dans la préservation d’habitats remarquables au sens des directives européennes. Ce stade de la reconnaissance étant dépassé pour ces conchyliculteurs, la profession s’interroge maintenant sur le lien entre leurs bonnes pratiques et les impacts des autres groupes d’acteurs, afin de mieux les orienter vers des pratiques vertueuses dont tout monde pourra profiter.

 

 

Mots clés : conchyliculture, charente-maritime, huîtres, moules, bénéfices écosystémiques

 

Le Diaporama présenté : Les bénéfices écosystémiques apportés par la conchyliculture

Dr. Emmanuel PARLIER interviewé à propos du projet conchylifuture

Le projet conchylifuture : Dans le cadre des expertises réalisées par PARLIER ENVIRONNEMENT SAS le Dr. Emmanuel PARLIER  a été l’objet d’une explication sur les techniques et les pratiques pastorales des conchyliculteurs.

 

 

 

 

Cette interview a été l’occasion de présenter les travaux des professionnels des cultures marines et de présenter de manière pédagogique les divers éléments techniques déployés sur estran ou à la mer afin d’optimiser les croissances des coquillages.

 

Pour toutes questions :

 

[contact-form subject='[Parlier Environnement SAS ancrage ecologique anem%26#039;home recif artificiel ecologie marine artificial reef’][contact-field label=’Nom’ type=’name’ required=’1’/][contact-field label=’Email’ type=’email’ required=’1’/][contact-field label=’Site web’ type=’url’/][contact-field label=’Commentaire’ type=’textarea’ required=’1’/][/contact-form]

PARLIER ENVIRONNEMENT SAS débute les études initiales avant l’implantation du champ de filières écologiques de la Maleconche

L’arrêté préfectoral N° 11-3632 daté du 2 décembre 2011 autorisant l’implantation des filières préconise, dans l’article 4.1.1 (conditions de conception et l’implantation), la réalisation d’une « synthèse sur les oiseaux et la faune marine et ce avant les premiers travaux, puis tous les 1 an, 3 an et 5 ans. […]. Ce suivi permettra d’alerter et de mettre en place d’éventuelles mesures correctrices si des impacts se révèlent trop forts ou si des effets non prévus apparaissent ».

Ce document présente l’analyse pluridisciplinaire visant à établir un état général des lieux avant implantation d’une aire de filières conchylicoles, pour en évaluer les impacts à terme, en fonction de l’évolution du milieu à partir de cet état de référence.

Conformément aux prescriptions de l’arrêté cité ci-dessus, elle a été réalisée en juillet 2012 soit le mois précédent les premiers travaux d’implantation.

Cette étude comporte :
une analyse sédimentaire granulométrique du substrat
une mesure de la quantité de matière organique du substrat
une analyse de la richesse taxonomique de la macrofaune benthique.

Ces 3 familles de paramètres permettent d’établir un état de référence du milieu et de suivre des impacts potentiels dus aux activités conchylicoles sus-jacentes.