Mission écologie benthique en Baie d’Yves / Test GoPro Black edition

Publication des vidéos de la mission en Baie d’Yves

 

GOPR0352

Après la mission et les traitements des échantillons pour le compte du CRC-PC, voici la vidéo permettant de présenter à notre partenaire le compte-rendu de mission circonstancié.

Le rapport final sera remis au client dans un délai de 15 jours après les prélèvements biologiques.

Nous sommes à l’écoute de vos besoins et restons en veille permanente afin de présenter à nos partenaires le meilleur de la technologie au service de nos études et expertises.

PARLIER ENVIRONNEMENT SAS, un avantage concurrentiel durable sur un marché évolutif !

 

 

PARLIER ENVIRONNEMENT SAS communique avec le CRC-PC sur les filières de la Maleconche

Développement par les conchyliculteurs charentais de filières écologiques de production en eau profonde : le cas du bassin de Marennes-oléron.

G. Viaud1, L. Champeau1 & E. Parlier2

1 Comité Régional de la Conchyliculture de Poitou-Charentes, Z. A. Les Grossines – BP 60002 17 320 Marennes Oléron CEDEX France.

2 Cabinet d’expertise environnemental et maritime Parlier Environnement SAS, Pôle technologique, 40, rue chef de baie, 17000 LA ROCHELLE France.

Dans le cadre d’une volonté concertée et participative, le comité régional de la conchyliculture de Poitou-Charentes a coordonné le développement de nouvelles techniques de production en eau profonde (entre 5 et 20 m CM). Durant près de 3 ans, les professionnels de la culture marine ont sélectionné et testé de nouvelles techniques expérimentales de production de biomasses de bivalves en pleine eau. L’objet de cet article est de retracé l’historique de ce développement technique qui allie : i) la recherche de performance (sécurité, production, fiabilité des installations) en décrivant notamment les nouvelles technologies employées comme les ancrages écologiques sous-marins et ii) la limitation de l’empreinte environnementale avec une présentation liée à la limitation de rejets de gaz à effet de serre lors de la fabrication des matériels (filières courtes picto-charentaises) et de leur installation (réduction des norias de navires, réduction des masses et augmentation de la durée des infrastructures) ainsi que des dérangements occasionnés sur la biocénose côtière.