Les installations de production à la mer.

L’été est propice aux vérifications des structures immergées. Avec le fooling printanier les structures surtout en eau profonde subissent des colonisations importantes (hydraires, captages de naissains, algues…). Il est alors nécessaires d’entretenir ces infrastructures avec un nettoyage de routine. Mais l’infrastructure elle-même nécessite aussi des vérifications importantes, sous peine de voir ces systèmes rompre lors de l’hiver suivant.

Vérification d’une porteuse. On constate le captage naturel des bouées et de l’aussière

Mais souvent par difficulté d’accès, les accastillages immergés ne font que très peu l’objet de vérifications adaptées. Et il n’est pas rare de retrouver sous des systèmes qui paraissent en bon état des bricolages fragilisés par des accès à l’eau qui l’ont pas été privilégiés.

La photo ci-dessous illustre parfaitement le vieillissement prématuré d’un émerillon et d’une manille. La résistance (diamètre du métal) est important, mais le choix des alliages aussi est très important. Sans quoi, de mauvaises associations peuvent provoquer des dissolutions accélérées de certaines pièces de jonctions.

Vérification pour une compagnie d’assurance suite à une rupture de mouillage.

De même, la quantité de matériel à la mer doit être soigneusement dimensionnée. Des bouées doivent être ajoutées lorsque les porteuses sont chargées et le matériel ajouté doit être rapatrié lorsqu’il n’est plus nécessaire.

Le Cabinet Parlier Environnement est régulièrement mandaté pour accompagner ses clients ou des entreprises du secteur afin de mettre en place de bonnes pratiques. Nous préconisons alors une gestion parcimonieuse des matériels notamment dans le cadre des cultures en eaux profondes.

Contactez-nous